Académie Yume

Que vous ayez deux jambes ou quatre pattes, les portes de la mystérieuse académie se sont ouvertes à vous... Saurez-vous trouver pourquoi vous êtes ici ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un jour de printemps.

Aller en bas 
AuteurMessage
Rinako Igato
¤~ La Jeune Fille perdue ~¤
avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 23
Localisation : Jamais loin du jardin...

MessageSujet: Un jour de printemps.   Ven 20 Mar - 17:25

Alors que je me prommenais dans l'académie, pour voir si tout était correct ou si il y avait de nouveaux visiteurs... Je vis à travers une fenêtre qu'il faisait très beau. Je couru vers la cour. J'étais à peine arriver qu'un petit oiseau vint se poser juste devant moi. Il était bleu foncé et avais des yeux bleu clair, c'est bizzar pour un oiseau d'habitude ils ont les yeux noir, mais bon passons... Il était trop mignon! Il chantait tellement bien... J'avais envie de l'écouter toute la journée mais j'avais des obligations... Et puis zut! Personne n'était venu depuis quelques temps déjà. Je m'assis puis me coucha sur le sol chaud blanc-gris. Quelques mauvaise herbes dépasaient des joins du sol. L'oiseau me regardais comme si j'étais un monstre. Bah quoi j'ai le droit de me reposer! Je lui souris, il se remit à chanter. C'était un magnifique chant, il allait m'emporter dans le ciel... Quelques minutes après, je le regardai une dernière fois, puis fermai les yeux, mes paupières étaient lourdes, j'avais vraiment sommeil. Et moi qui voulais aller jouer dehors! Et bien non je suis restée ici, avec cet oiseau, qui chantais divinement bien.

Je m'endormis et rêvai de voir d'autre personne arriver dans le bâtiment. Le chant de cet oiseau me berçai encore.

Je me réveillai. Je me relevai péniblement en me tenant la tête. J'avais terriblement mal à la tête sûrement à cause du soleil...
L'oiseau n'était plus là, mais il y avait une petite bleu, posée sur le sol, qui venait sûrement de son plumage.
Je la pris et la serai fort contre mon coeur. Je versai une petite larme en passant a ce magnifique oiseau. Je mis plume dans une petite saccoche que j'avais pris avec moi. D'ailleurs... Quelle heure était-il? Je regardai mon montre je criai.
"Mais! Je suis en retard! Aaah!"
Je pense que même Miu m'avais entendu alors qu'elle faisait la sieste, enfin je pense...
Peut-être qu'elle viendrait me voir après m'avoir entendu crier... ou pas...

Je n'avais plus le temps de jouer, il fallait aller voir le jardin. Je me dirigeai vers la forêt. Depuis que je suis arrivée ici, ces arbres m'ont toujours donné la sensation qu'ils se tournaient vers le bâtiment... Ce n'était qu'un bloc de pierre grise après tout! Oui! mais mon -et à Miu- bloc gris!
Je cueillis quelques baies: fraises, framboises... Il y avait de tout!
Je me dépèchai de manger quelques fraises. Elles étaient bien rouges et sentaient tellement bon que je n'ai pas pu résister! J'en mangeai une. Elle était bien sucrée et avais... Bin... Le gout de fraise... C'était normal...
J'en pris le plus possible pour les faire gôuter à Miu. Je m'assis sous l'ombre d'un arbre et regardai le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warai Ushinau

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 19/03/2009

MessageSujet: Re: Un jour de printemps.   Sam 21 Mar - 0:20

Un peu plus tard, encore sous le choc de ma soudaine tranformation en migonne petit Neko, je courais toujours, essayant de trouver quelqu'un pour répondre à toutes mes questions. Qu'est-ce que je faisais là? Par où sortait-on? Suis-je prise ici jusqu'à la fin de l'éternité? Car ça fait assez long ça, pour passer sa vie dans cette édifice en pierre brute qui semblait froid et massif, un peu comme les lourdes portes de la capitale. Bien vite, je me rendis compte que ce bâtiment faisait office de pensionnat, avec toutes ces tables, ces chemins, mais surtout quelques fenêtres donnant sur des chambres moderne et bien confortable... Je ne savais pas si j'allais me plaire ici, dans cet endroit si étrange, ni m'adapter à ma nouvelle apparence, mais, tout portait à croire qu'il n'y avait personne. Désert comme les routes où je marchais, au bord d'un lac, ou sinon de cette étendue d'eau salée que l'on appellait la mer, de la même couleur que mes nouveaux membres.

Soudain, un froissement de feuille se fit entendre, à quelques pas de moi. Enfin quelqu'un, dans ce trou perdu au milieu de nulle part et qui semble aussi vieux que le monde lui même? Et je me retourna, et vis, à la fois avec désespoir et enchantement, un sublime oiseau au yeux clair comme les nuages d'aujourd'hui, chose très étrange pour un volatille de sa taille. Puis, il se mit à chanter, d'une voix qui fait pleurer tellement que c'est beau. Mais, d'un autre côté, je me senti tellement fatiguée, tout à coup, que je me demanda si ce n'était pas cette merveille qui m'épuisait.

Par prudence, je m'éloigna de la mélodie, pourtant très jolie, pour marcher sur le sentier de bois, qui me donnait l'impression d'être déposé sur l'herbe, mouillée à cause de la rosée du matin, étrangement présente, étant donné que nous étions en fin d'après-midi. Pour calmer mes apréhentions et mes nombreuses, je me concentra sur le paysage qui deviendra celui que je verrais tout les jours, si ce que je pense est vrai. Le soleil, qui, tranquillement descendait, offrait un sublime spectacle pour les amoureux, ou pour une voyageuse telle que je suis. Les exeptionnels nuages semblaient être transperçé par du rouge, du rose, et des filament dorés. L'air devenait peu à peu plus frais, donc, je me dépêchis à trouver une âme qui vive ici.

Au bout d'un moment, j'arriva aux abord d'une végétation un peu plus abondante. Les buissons, les amats d'arbres, l'herbe très hautre formaient une masse plus compacte que là où je me trouvais présentement. Pourtant, mon guide de bois m'invitait à continuer, car, lui, il s'enfonçait dans les profondeurs de ce sombre endroit, méconnaissable à celui qui ne savait pas regarder. À contre coeur, je recommença à avancer les pieds, doucement cette fois. Une fois la barrière végétale dépassée, supteur, je me retrouvis dans un boisé. Décidément, ce terrain riait soit de moi, soit de n'importe qui. Et c'était très bizarre...

Soudain, continuant mon aventure, je vis une jeune fille, assise dans l'herbe. Est-ce un mirage? Je m'approcha très lentement. Elle ne m'avait pas encore vu, ou entendu. Maintenant plus près de ma sauveuse, je l'examina. Elle, tout comme moi, possédait deux petites oreilles, moins grande que les miennes. Mais, cette neko semblait avoir eu le temps de s'adapter à son apparence, car elle ne se souciait pas vraiment de sa longue queue, repliée à ses côtés. Dans ses mains, de succulente baie dégoulinaient. À ce que j'avais faim moi. Autant annoncer ma présence:

- Euh... Salut.... Je suis une... nouvelle....

Bon, ce n'est pas la phrase la plus développée, mais, qui aurait commencé un discours, dans ma situation. Que cette personne me le dise, car je n'y croirait pas. Me tenant à portée de vue de mon interlocutrice, elle pouvait m'examiner comme bon lui semblait. Mes oreilles, elles, étaient rabatue vers le bas, signe de timiditée chez moi. Bien que je n'aime pas vraiment parler aux inconnus, celle-ci possédait ma dernière chance de comprendre ce qui m'arrivait ici, dans ce pensionnat irréel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rinako Igato
¤~ La Jeune Fille perdue ~¤
avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 23
Localisation : Jamais loin du jardin...

MessageSujet: Re: Un jour de printemps.   Dim 22 Mar - 22:53

Je continuai à manger mes fraises et mes framboises... Devrais-je en laisser à Miku? Nan, elle le méritait pas... Euh Ne me demandez pas pourquoi... Je sais pas. J'entendis quelqu'un marcher sur les feuilles sèches, dans la forêt. Sûrement un animal... Il y a 99% de chance que ce soit une bète qui avait faim. C'est alors qu' une fille déboula devant moi. Je sursautai.
- Euh... Salut.... Je suis une... nouvelle....
Nouvelle?! Une nouvelle! Mais, elle est déjà rentré dans le pensionnat? Peutêtre parce que je vis qu'elle avait elle aussi des oreilles et une queue. Elle a dût être surprise en se voyant ainsi... Moi quand j'ai reçu mes oreilles et ma queue je n'étais qu'une gamine, et... Je cryais toujours aux elfes aux fées... Mais bon des oreilles de chat de pas surnaturel... Pas du tout [><] -Remarque: Elle a vécu avec depuis qu'elle est toute petite, alors pour elle c'est normale d'ètre mi-animale et mi-humaine-.
"Hum... Salut... Qu'est ce que tu fais là?"
Je voyais bien qu'elle regardai la fraise qui dégoulinait dans ma main... J'en piochais encore quelques une par-ci par-là sur un buisson, et m'approchai lentement de la jeune fille perdue. Elle semblait morte de faim et désespérée... Tout comme moi, le premier jour où je suis arrivée ici...
Je lui tendis une des fraises que je lui avais cueuilli... Elle la regardai avec envie et se lècha les babines...
"Mmmh... Prend la... J'en ai plein d'autres..."
Elle pris la fraise et je lui donnai le reste que je lui avais gardé. Elle était contente, elle avait le sourire jusqu'aux oreilles. C'était beau à voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warai Ushinau

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 19/03/2009

MessageSujet: Re: Un jour de printemps.   Mer 25 Mar - 0:38

Donc, cette jeune fille était une de ces pensionnaires qui vivait dans ce pensionnat très bizarre. Est-ce pour elle aussi, le portait s'était refermé et la coincant dans une autre monde, celui des hommes-chats? Je soupirai profondément en pensant que tout cela ne faisait que commencer pour moi. Trop de questions se pressaient dans ma petite tête chérie, encore sous le choc du coup, quand je me suis évanouïe, pour permettre ma soudaine transformation exaspérante et inconfortable. Du moins, pour l'instant, car je crois que je vais m'habituer très vite. Ma queue s'agitait un peu, et mes longues oreilles de couleur bleue, tout comme la plupart du reste de mon maigre corps, revinrent peu à peu à leurs places originelles, soit droites et alertes à tout bruits qui pouvait surgir de nulle part, comme cet oiseau, il y a quelques minutes. Il m'avait sacrément fait une frousse, ou peur bleue... Ah. Ce maudit volatille, avec son chant endormant...

Mon regard, qui se baladait quelques fois dans les environ remplis de vert, de toutes les sortes, revenait très souvent vers ces fraises justeuses dans le bosquet qui se fondait dans le sombre décor, près de ma nouvelle connaissance. Au moins, elle ne semblait pas recconnaître la "tueuse", que tous me traîtaient. J'étais tellement affamée que je pensais qu'à prendre une de ces baies qui avaient l'air, ma fois, délicieuse. Je ne mangeais que rarement, sur les routes. Ici, je me remplirais la panse trois fois par jour. Le comble du bonheur, si vous saviez! Je ne mourrais pas ici, c'est certain.

Quand ma jeune sauveuse me proposa une partie de son précieux butin, je ne tenta aucunement de le détourner. Je la pris avec une attention délicate, et, avant de l'engoufrer dans ma bouche, je l'observa. Cette fraise était d'un rouge sang, un peu comme le ciel présentement. Sur ce, après m'être régalée, je me rendis compte que je grellotait, puisque le soleil achevait sa longue course, allant se perdre dans le feuillage des arbres, alentours de nous. Finalement, ils devenaient de plus en plus menacant. Je proposa à mon interlocutrice:

-Est-ce que je... je pourrais avoir ma chambre pour déposer mes maigres possessions?

Biensûr, je ne savais pas si je m'était inscrite en ouvrant ce maudit portail que je n'aurait jamais dû pousser ou s'il fallait que je me nomme à la réception, qui devait sûrement être dans ce pensionnat, près de l'entrée. J'avais déjà vu les chambres par-delà les vitres et vitraux de touts styles, mais, comme je venais à peine de me réveiller du court coma dans le noir, je ne pouvais pas et checher quelqu'un qui puisse m'aider à l'extérieur, et explorer mon nouveau toit en même temps. Il aurait fallu que je me sépare en deux, chose que je ne pouvais pas faire, mis à part si je possédais des pouvoirs magiques, ce qui me surprendrait beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rinako Igato
¤~ La Jeune Fille perdue ~¤
avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 23
Localisation : Jamais loin du jardin...

MessageSujet: Re: Un jour de printemps.   Ven 3 Avr - 23:17

Je regardai la jeune fille. Maintenent elle ne semblait plus... Elle était morte de faim! La pauvre! D'un air un peu craintif, elle pris rapidement la fraise que se trouvait dans ma main qu'elle dévora en deux secondes [ Crono! ]. Un moment, elle s'arrèta de manger pour regarder les belles baies rouges sang qui dégoulinaient... d'un peu partout à vrai dire... Elle continua jusqu'au moment où un frisson la parcouru. Le ciel était rempli de couleurs chaudes: orange, rouge, jaune... C'était magnifique. Moi je n'avais pas froid, pourtant, étant petite, j'étais très frileuse... J'ai appris à combattre le froid avec le temps... Je regardai une dernière fois le ciel avant de me détourner mon regard vers "l'affamée"... C'est pas glorieux comme surnom mais... Je ne savais même pas son vrai prénom... Elle se tourna vers moi.

-Est-ce que je... je pourrais avoir ma chambre pour déposer mes maigres possessions?

Une chambre? Faisait-elle partie de l'école... -Je suis stupide, elle a des oreilles d'animal...- Je n'en savais rien... Fallait-il retrouver Miu pour lui demander? Ah oui! J'avais presque oublier que "l'affamée" m'avait posé une question...

"Et bien... Moi c'est pas mon truc l'administratif... Il faudrait aller voir sur le toit ou dans le grenier ou encore au réfectoire -Grosse morfale!!- pour voir si Miu si trouve..."

Peut-ètre que ma louve préférée trouvait une solution à mon "petit" problème... Je me levai doucement pour ne pas éffrayer mon invitée et m'approchai lentement d'elle. Je la pris par la main et la levai... Elle me regardait... D'un air ahuri... Elle n'arrètait pas de fixer... ça devenait gènant à la fin mais bon... Elle etait nouvelle!, je ne pouvais pas lui mettre mon poing dans la figure et dire " Lache moi sale gamine!! "...
Elle devait avoir 13-14 à tout casser... Bon j'en avais 16, je n'étais pas plus vieille mais bon... Je déteste quand des gens se focalisent sur moi!
Je la tirai vers le bâtiment pour l'emmener voir un psyco... Euh!! Miu... Pour aller voir Miu!..

"Viens... On va aller voir au grenier... Elle y passe le plus clair de son temps..."

Je la tirai encore plus qu'avant... Je suis sûre qu'elle plairait à Miu... En plus, cette nouvelle venue etait trop mignone!! [ =3 ] J'avais l'impression d'être comme une grande soeur... Qui veut protèger sa soeurette à tout prix! J'adore ce scénario... Mais on est pas dans un film là... Je courai presque. La jeune fille me suivait tout en gardant sa main dans la mienne... Je lui fit un petit sourire, un petit mais... Un sincère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jour de printemps.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jour de printemps.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» 5 fruits par jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Yume :: RPG :: La cour et le jardin-
Sauter vers: